Quand le gouvernement met les gaz

La cruciale question de l’augmentation du prix à la pompe de la gazoline et du diesel en Haïti, entraînant de fortes tensions sociales, n’est certainement pas une surprise pour quiconque questionne, avec lucidité, le contexte politicoéconomique d’Haïti au cours de ces dix dernières années. L’on se rappelle la sortie fulgurante du député Gary Bodeau qui considérait comme « un crime » l’annonce faite par l’administration Privert/ Paul d’augmenter de 30 gourdes le prix du gallon de gazoline et de 25 gourdes celui du diesel.
En voyant l’actuelle administration Moïse/Lafontant s’obstiner à hausser les prix des carburants, au-delà de la limite acceptable en temps de crise, risquant de paralyser le secteur des transports publics et d’agir conséquemment sur toute la vie nationale, l’on se demande, inquiet, par où le bat blesse réellement ?

Laissez vos commentaires