Manifestation des ouvriers de la SONAPI

Des milliers d’employés de la sous traitance sont encore dans les rues pour réclamer un salaire minimum de 800 gourdes. Les protestataires avaient fait valoir que l’augmentation des prix des produits pétroliers et la dépréciation de la gourde rendaient cette augmentation obligatoire.
Le président Moïse souhaite que le Conseil Supérieur des Salaires (CSS) se prononce au plus vite sur le nouveau salaire minimum. Jovenel Moise affirme que le salaire minimum ne peut pas être doublé en un jour.
Le ministre des Affaires sociales et du Travail Roosevelt Bellevue et le président de la Commission Affaires sociales du Sénat, Antonio Cheramy, ont effectué jeudi dernier des visites séparées au parc industriel de la SONAPI. Ils voulaient s’enquérir des revendications des ouvriers de la sous-traitance. Les négociations vont bon train, estime Roosevelt Bellevue, ministre des Affaires sociales et du Travail. M. Bellevue rapporte que des pas importants sont enregistrés dans le cadre des négociations entre patrons et travailleurs autour des meilleures conditions de travail exigées par les ouvriers du textile. Les grévistes ont profité de la présence du président de la Commission des Affaires sociales du Sénat, Antonio Cheramy, pour improviser une manifestation.
Entretemps le Forum économique déplore les violences qui entourent le mouvement des ouvriers de la sous-traitance. Le Forum se déclare solidaire de l’ADIH et prône le dialogue entre patrons et ouvriers tout en demandant à l’Etat de respecter les promesses faites pour accompagner les travailleurs.
La Plateforme de plaidoyer pour un développement alternatif (PAPDA) soutient le mouvement des ouvriers de la sous-traitance. Ce mouvement est justifié selon la PAPDA, compte tenu de la dégradation des conditions de vie de la population et la fragilisation accentuée du pouvoir d’achat des ménages.
(Sources combinées)