“Haïti ne veut pas revivre cette période de muselage de la presse” Jerry Tardieu

Principal orateur à la célébration des 11 ans de “The Haitian Voice” samedi dernier à Stratford dans le Connecticut, un journal communautaire publié dans le Connecticut, le député de Pétion-Ville a saisi l’opportunité pour exprimer ses préoccupations au sujet de la loi sur la diffamation votée presqu’à l’unanimité (15 sur 16) par le sénat haïtien le 14 Mars dernier.

“Je suis moi aussi partisan d’une loi sur la diffamation pour freiner les vélléités de tous ceux qui veulent détruire les honnêtes citoyens qui rèvent de lutter contre le statu quo” a lancé Jerry Tardieu. Cependant, cette loi doit être équilibrée car les journalistes ont le droit et le devoir d’informer, d’éduquer, de proposer et même d’exercer des pressions quand il y a des risques de derives autoritaires, a martelé le député de Pétion-Ville. Il dit espérer beaucoup de débats au niveau de la Chambre basse autour de cette loi sur la diffamation qui sera bien analysée dans tous ses contours par ses collègues avant de passer au vote.
“La presse haïtienne ne peut pas faire marche arrière” a dit le député Jerry Tardieu en guise de conclusion sur cette loi votée par le sénat sur proposition du sénateur du Sud-Est Edwin Zenny (2014)

“Vous avez une voix au parlement haïtien”

De Miami à Boston, de Washington à New-York et pas trop longtemps à Paris, le président du groupe parlementaire France-Haïti a pris fait et cause pour les haïtiens vivant à l’étranger depuis son arrivée à la Chambre législative en janvier 2016. Samedi dernier, à Oronoque Country Club (Stratford dans le Connecticut entre New-York et Boston), le discours n’était pas différent. Les messages non plus. Ses convictions et ses idées sur l’intégration pleine et entière de la diaspora dans les sphères de la vie nationale sont consignées dans “Mon Combat en faveur des Haïtiens vivant à l’étranger: un devoir patriotique” paru l’année dernière en anglais et en français.

“Vous n’êtes pas moins haïtiens que ceux qui ont choisi de rester au pays” a lancé le député sous les applaudissements des invités d’Angelucci Manigat JR venus célébrer les 11 années de “The Haitian Voice”, l’unique journal destiné à la communauté haïtienne dans l’Etat du Connecticut.

“Quand vous aurez décidé de recouvrer la nationalité haïtienne, l’état a le devoir, et même l’obligation de vous restituer tous vos droits civils, politiques. J’ai fait le dépot d’une proposition y relative au cours de la première session de cette législature” a souligné le député de Pétion-Ville rappelant au passage les contradictions entre les “conquêtes” obtenues avec la Constitution de 1987 amendée reconnaissant la double, la multi-nationalité et une loi de 1984 qui stipule que “la double nationalité haïtienne et étrangère n’est admise en aucun cas”. Même libellé que l’article 15 de la Constitution de 1987.

“Il y a beaucoup de résistance. Le système a peur de vous à cause de vos compétences, de vos expériences. Mais, vous devez également abandonner votre esprit et comportement hautain parfois dédaigneux vis à vis des compatriotes de l’intérieur”
Commission spéciale sur l’amendement de la Conctitution de 1987 amendée
Formée au mois de février dernier, cette commission de neuf membres de la Chambre législative que préside le député de Pétion-Ville a pour principale mission de travailler avec tous les secteurs de la vie nationale sur une proposition d’amendement de notre Charte fondamentale. Les travaux de cette commission ont été lancés officiellement à Karibe Convention Center le 29 Mars dernier au cours d’une soirée de commemoration du 30ème anniversaire du vote par Référendum de la “Constitution de 1987”.
“Nous allons réaliser cette tâche avec l’aide des experts, de constitutionalistes, d’historiens , de juristes mais nous avons l’impérieuse obligation de consulter tous les secteurs, toutes les couches sociales de l’intérieur que de l’extérieur” a informé Jerry Tardieu qui demande aux organisations haïtiennes de la diaspora de se regrouper en fédérations afin d’être des interlocuteurs de taille pour cette commission.

“Vous devez essayer de parler d’une seule voix. Trouver un, deux ou trois leaders pour présenter vos desiderata, vous représenter autour de la table”.

Le vote des Haïtiens vivant à l’étranger

“C’est mon second combat en faveur de la diaspora: pouvoir voter aux prochaines élections présidentielles dans nos consulats et ambassades de l’étranger” a avancé le député Tardieu. Pour y arriver, les haïtiens vivant à l’étranger devront disposer d’une Carte d’Identification Nationale (la fameuse CIN) émise par l’ONI (Office National d’Identification) malheureusement en crise depuis près de deux ans. Nous croyons savoir, cependant, que cette institution avait commencé à déployer le matériel informatique pour l’émissions de cartes d’indentification nationale (CIN) dans les missions diplomatiques haïtiennes de l’Amérique du Nord en prélude aux élections présidentielles de 2015. Le calendrier de formation du personnel et d’installation des équipements était même établi.

Qui pourra réactiver ce dossier? L’ONI fonctionnant sur la tutelle du Ministère de la Justice et de la sécurité Publique ? Le MHAVE (Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger) ?
En effet, au premier point de la feuille de route remise au Dr Stéphanie Auguste, titutlaire du MHAVE (Ministère des Haïtiens Vivant à l’Etranger), il lui est demandé de “Travailler avec les organismes compétents à l’élaboration du projet de loi consacrant la participation active des membres de la diaspora à la vie politique du pays”.
Va-t-on attendre l’élaboration et le vote de cette loi pour réactiver le dossier de l’installation du materiel informatique néc ecessaire à l’émission des Cartes d’Identification Nationale (CIN) aux citoyens haïtiens vivant à l’étranger ?

Représentation de la Diaspora au parlement
Autre rêve du député Tardieu pour la diaspora haïtienne: une représentation au niveau du parlement.
“A l’instar de nombreux pays, la République dominicaine, la France, vous devez avoir vos proprres élus pour defendre vos intérêts auniveau parlement haïtien. Je serai l’artisan d’un amendement y relatif dans le cadre de la réforme constititutionnelle” promet le parlementaire.
En guise de conclusion, Jerry Tardieu souhaite que la diaspora caresse de grands rèves pour Haïti et l’encourage à participer à son développement économique en investissant dans de grands projets comme la construction de routes, d’hôpitaux, de centres universitaires etc ….

La soirée de célébration des 11 ans de “The Haitian Voice” à Oronoque Country Club (Stratford, Connecticut s’est terminée samedi dernier avec la remise de certificats de reconnaissance à Maud Joseph (Appreciation Award), Pascale Millien-Faustin (Leadership Award), Emilio Révolus (Pioneer Award) pour leur contribution désintéressée au “développement de leur communauté”.

A souligner que le Sénateur (fédéral) Richard Blumenthal était présent en début de soirée pour remettre à Mme Pascale Millien-Faustin, au nom du Sénat américain un “Certificat Spécial de Reconnaissance” notammenet pour ses intiatives en faveur de la promotion de la culture haïtienne au niveau des jeunes américains d’origine haïtienne à travers les arts. Mme Millien-faustin est également connue dans la région pour son attachement à la cause des immigrants dans le Connecticut.

Laissez vos commentaires